|

Mémoire et patrimoine

Patrimoine

          Mise en valeur et protection du patrimoine: sites, lieux et traces

  • Ouverture de procédures visant à examiner l’opportunité de classer plusieurs biens ou sites.
  • En collaboration avec la Flandre et la France, inscription des lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
  • Inventaire des traces et sites pour en proposer une base de données en ligne par commune : monuments aux morts, cimetières, monuments civils et militaires, plaques commémoratives, plaques de rues, etc.  Programme de rénovation, de mise en valeur et d’équipement du patrimoine monumental et des traces mémorielles dans les zones de combat et sur l’ensemble du territoire.
    - Patrimoine : lancement d’un nouvel appel à projets "Petit patrimoine wallon" relatif à la restauration des monuments aux morts et sites mémoriels.
    - Pouvoirs locaux : appel à projets dédié à l’entretien, la rénovation et la mise en valeur des monuments et sépultures des acteurs des deux guerres. 
  • Mise en place d’une signalétique uniformisée pour identifier les sites et les lieux sur l’ensemble du territoire.
  • Equipement, accueil des visiteurs et information : centre d’interprétation, bornes et panneaux d’information, etc.
  • Réalisation de parcours mettant en exergue les sites et lieux de mémoire majeurs du conflit (monuments, cimetières, forts, lieux de combat, etc.).
    - L’Institut du Patrimoine wallon réalise une "Route 14-18 en Wallonie".
    - A côté de ce parcours général, des routes thématiques seront proposées par les départements du Tourisme et des Pouvoirs locaux en collaboration avec les fédérations touristiques provinciales : forts de Liège, villes martyres, cimetières et lieux de mémoire en Hainaut, hauts lieux de combats en Wallonie, etc.
    - On valorisera également les parcours locaux existants ou projetés comme ceux consacrés aux traces du conflit à Rossignol ou à Comines-Warneton.

Mémoire orale et matérielle

Hormis les enfants en bas âge à l’époque, les témoins directs du conflit ont disparu mais la mémoire de celui-ci a souvent été transmise de génération en génération et de nombreuses familles ont conservé des éléments matériels (objets, photographies, documents divers).
De même cette mémoire s’incarne aujourd’hui dans des expressions publiques (cérémonies commémoratives, parcours, reconstitutions) qui doivent être mises en valeur.
La collecte et la conservation de cette mémoire et de ces objets feront l’objet d’appels à projets spécifiques en 2014 et en 2018.

  • Agenda