Télécharger la brochure
|

Mention dans la catégorie esthétique secondaire

Le cimetière d’Evere, pelouse d’honneur des combattants de la Première Guerre mondiale
Laura Bruno
Mention dans la catégorie « Esthétique » enseignement secondaire
Ecole Decroly, Bruxelles

Le cimetière de Bruxelles, situé sur le territoire de la commune d’Evere est le cimetière principal de la ville de Bruxelles. Avec une superficie de 38 hectares, il est le plus étendu des cimetières de la région de Bruxelles-Capitale. En 1874, la ville décide de l’achat d’un premier terrain d’une trentaine d’hectares à Evere, à environ cinq kilomètres du centre de la ville. Le cimetière, inauguré trois ans plus tard par Jules Anspach, est d’une conception totalement nouvelle. Contrairement aux nécropoles anciennes avec leurs tombes serrées les unes contre les autres, c’est un vaste parc paysager.

Cette photographie a été retenue pour son côté très graphique et sa sobriété. L’alternance des blancs et des noirs évoque dans la société occidentale la dualité de la condition humaine : la vie et la mort, la lumière et l’obscurité, le bien et le mal, le blanc de la démocratie contre le noir de la dictature. Ces surfaces blanches s’estompant dans le lointain font songer à l’innocence perdue de tous ces soldats partis défendre une cause qu’on leur présentait comme juste et noble dans les deux camps et qui ont été très rapidement confrontés à l’horreur de la guerre des tranchées.

« Il y a tant de vagues et de fumée qu’on n’arrive plus à distinguer le blanc du noir et l’énergie du désespoir. »

Cette citation extraite d’une chanson de Michel Berger nous semble bien compléter la photographie.