Télécharger la brochure
|

8 - 13 octobre: seconde bataille de Cambrai et de Saint-Quentin

La bataille de Cambrai oppose des troupes canadiennes, néo-zélandaises et américaines, soutenues par plus de 300 chars d’assaut, aux troupes allemandes. Dès le 8 octobre, les Britanniques entrent dans les faubourgs de Cambrai et les troupes canadiennes prennent les villages environnants. Le 9 octobre, la 2e division canadienne entre dans Cambrai où elle n’affronte que peu de résistance et poursuit sa progression vers Cattenières. Le lendemain, la 3e division canadienne arrive à Cambrai qu’elle trouve déserte.

Pendant ce temps, au Sud, la 1ère armée française avait attaqué la région de Saint-Quentin et repris la ville dès le 2 octobre.

Sur le front entre ces deux villes reconquises, le corps australien de la 4e armée britannique menée par le général Rawlinson encercle Le Catelet. Les nouvelles positions alliées permettent, le 8 octobre, de lancer un assaut sur la ligne Hindenburg, obligeant les Allemands à se rabattre derrière la Selle et à perdre l’imprenable ligne, symbole de leur résistance. La 1ère armée française libère également la ville de La Fère, appuyée au sud par la 10e armée du général Mangin qui progresse depuis Soissons jusqu’aux lignes de l’armée allemande du général Boehn. L’armée Mangin, soutenue à sa droite par la 5e armée de Berthelot, libère Laon le 13 octobre 1918.