Télécharger la brochure
|

10-13 mars 1915: bataille de Neuve-Chapelle

La bataille de Neuve-Chapelle est la première attaque de grande envergure par l'armée britannique depuis le début du premier conflit mondial. Poussé par la réorganisation du dispositif britannique, liée à la relève des troupes en position à Ypres et à la préparation de l'expédition des Dardanelles, le commandant en chef des armées britanniques, sir John French, décide de déclencher une offensive à l’autonome. Le but est de prendre le village de Neuve-Chapelle, qui forme un saillant allemand dans la ligne britannique et, si possible, de s'emparer de la crête d'Aubers, point d'observation important. Les défenses de Lille se trouvant proche, French espère également arriver à l'arrière du front afin de les menacer.

Le 10 mars, 60.000 hommes de la Ière Armée (des Britanniques et des Indiens), sous les ordres de Douglas Haig, sont regroupés en quatre divisions sur un secteur de front de 3 kilomètres. Pour la première fois, les Britanniques optent pour la technique du « barrage roulant », c’est-à-dire une préparation d’artillerie parallèle à l’assaut. L'armée britannique commence donc par un bombardement d'artillerie ciblé assuré par 342 canons.
Après un succès initial, les Britanniques et les Indiens sont bloqués à cause de problèmes de communication et par le manque de munition. La progression est alors enrayée. Le 12 mars, le prince Ruprecht de Bavière lance une contre-attaque. Les pertes sont énormes et les combats cessent le 13 mars. Le gain territorial des Britanniques est minime comparé aux pertes considérables occasionnées: 7.000 Britanniques et 4.200 Indiens ont été tués ou blessés; les Allemands ont subi des pertes similaires et 1.700 hommes ont été faits prisonniers.