Télécharger la brochure
|

19 février 1915-8 janvier 1916: expédition des Dardanelles

Dès novembre 1914, l’Empire ottoman avait rejoint le camp des Centraux. Son ambition est la conquête de territoires russes frontaliers.
Face à la guerre de position qui fige le front ouest, Winston Churchill, premier Lord de l’Amirauté, décide de planifier une opération dans les Dardanelles pour s’emparer de la mer de Marmara (ce qui permettait de menacer Constantinople). Cette opération devait se limiter à une attaque navale prévue pour le 19 février. Mais elle sera retardée au 26 à cause de mauvaises conditions climatiques.
Cependant, les fortins côtiers turcs résistent aux bombardements grâce à leurs unités organisées. En outre, l'opération de déminage des détroits échoue face à l'armée turque qui établit sans cesse de nouveaux champs de mines. Les Turcs continuent à renforcer leur dispositif dans le secteur des Détroits et, à partir du 25 mars, constituent une armée commandée par le général Liman von Sanders. Les tergiversations des Alliés leur laissent ainsi près d'un mois pour compléter les défenses côtières.
Le 20 avril 1915, les Alliés qui disposent d'une force de 74.000 hommes, britanniques, français, australiens et néo-zélandais décident de passer à une offensive terrestre. Le corps expéditionnaire australien et néo-zélandais (ANZAC), commandé par le général Hamilton, débarque sur cinq petites plages à l'aube du 25 avril. Situées à l'extrémité sud de la péninsule de Gallipoli, ces plages seront baptisées S, V, W, X et Y. Pendant ce même temps, d'autres troupes débarquent près de Gaba Tepe. Des soldats doivent escalader la crête de Chunul-Baïr, mais ils sont repoussés par les forces turques aux ordres du colonel Mustapha Kemal dont l’héroïsme devint légendaire. Alors que trois plages sont conquises facilement au Cap Helles, l'assaut est très violent dans les secteurs W et V. Le 28 avril, le front se fige et les tranchées font leur apparition. Jusqu'à fin mai, les contre-attaques turques feront près de 20.000 victimes chez les Alliés.
Durant l'été, voulant relancer la guerre de mouvement, les Alliés planifient un débarquement de nouvelles troupes dans la baie de Suvla, l'objectif étant d'être en supériorité numérique. La percée effectuée, le général Hamilton désire scinder en deux la presqu'île. Mais des renforts trucs mettent à mal ce nouveau stratagème. Très mal organisés, les Alliés sont repoussés par les Turcs le 10 août. Le général Stopford, très âgé et dépourvu d'expérience opérationnelle, est alors remplacé par le général de Lisle. Celui-ci lance un assaut frontal contre ces hauteurs bien défendues. Cette attaque ne donnera aucun résultat, mais laissera de nombreux hommes sur le terrain.
Le 15 octobre 1915, le général Hamilton est limogé, remplacé par le général Monro. Après analyse, celui-ci opte pour une évacuation. Cette dernière, qui s'étend du 18 décembre 1915 au 8 janvier 1916, est l'unique action planifiée de manière correcte durant cette campagne et ne voit la perte d'aucun soldat allié.
Winston Churchill assumera le désastre des Dardanelles en démissionnant et en s’engageant sur le front Ouest, à Ploegsteert, en Wallonie, où il restera jusqu’en mai 1916.