Télécharger la brochure
|

5 - 8 septembre 1915: la conférence de Zimmerwald

La IIe Internationale ayant volé en éclats dès le début de la guerre, certains socialistes tentèrent de renouer des liens entre les socialistes fidèles à l’internationalisme.
Partant de Berne, 38 socialistes empruntent quatre chars à bancs et prennent la route pour Zimmerwald, un petit village de montagne suisse. Ils désirent mettre fin à la guerre et renouer les fils rompus du socialisme international. Les délégués viennent des nations belligérantes comme la Russie, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, mais aussi de pays neutres comme les Pays-Bas, la Suisse et la Norvège.

Le manifeste établi durant la conférence assimile la Grande Guerre à un combat impérialiste, entièrement mené au profit des classes dirigeantes. Cependant, aucune idée particulière n'est formulée pour mettre fin à ce bain de sang. En outre, il n’appelle pas clairement à une révolution internationale.

Cette position déplaira fortement à Lénine, qui signe néanmoins le manifeste. Selon le chef de la délégation russe, l'on devrait expulser tous les socialistes qui répugnent à l'idée d'un renversement immédiat et violent des régimes existants pour ramener la paix.

Mais même sous sa forme de compromis, le Manifeste de "Zimmerwald" réaffirme les valeurs de l’internationalisme et la nécessiter de combattre tous les impérialismes et tous les nationalismes. Son côté "pacifique" ne l'est donc que dans un sens bien spécifique.